Les vrais Ribs ou Côtes levées

Nous avons dîné avec des amis qui nous ont confiés leur vraie recette des côtes levées. Je commence par vous prévenir qu’il faut s’y prendre 3 jours à l’avance. Mais vous aurez des vraies côtes avec une sauce maison. La recette est en anglais, les températures en Farenheit, et les mesures en cup et spoon!

Arrivée à Montréal

Nous avons quitté SlowMotion et l’avons laissé aux bons soins de Josée et André à Samana en République Dominicaine. Abandonner le navire après 14 mois passés dessus n’est pas une mince affaire. J’ai le coeur lourd et triste et en même temps je suis inquiet de se qu’il va se passer par la suite. Vais-je

Nouvel habillage pour Slowmotion

Nous allons quitter Slowmotion dans 5 jours. Cela me stresse. Je suis inquiet de le laisser et puis inquiet de ne plus vivre dehors au soleil. J’ai donc décidé de finir ce que j’avais entrepris avant de partir: mettre une protection extérieure sur les hublots. Sur grand pare brise avant j’ai mis une toile pvc

Poulet aux cacahuètes revisité

A la demande générale de Christian, une nouvelle recette. Dans les îles on trouve facilement du poulet, c’est la seule viande bon marché. J’ai profité de quelques apéros pour revisiter une recette indienne. Pour les quantités vous ferez comme moi, vous improviserez! On prend du poulet qu’on coupe en lanières. Ensuite 2 poignées de cacahuètes,

J’avais oublié le gaz

J’ai oublié de vous parler du gaz. Après l’électricité c’est notre source d’énergie indispensable. En France, c’est simple. On ramène sa consigne et on repart avec une bouteille pleine. Après çà devient plus compliqué. Tout d’abord chaque pays (même en Europe) a ses propres standards. Donc la consigne on la ramène parce qu’on n’est pas

Santo Domingo again

Pour Benoît, qui n’aime pas les plages, la mer, les couchers de soleil. Ce week-end de Pentecôte nous avons fait un break (comme vous tous) et nous sommes retournés à Saint Domingue. Dimanche, les fils de Rosalie et Hugo avait un match de foot important (les demi finales du championnat national) et nous sommes allés

Le salaire de la peur

Ce week-end, retour à Santo Domingo. Nous avons des courses à faire, il est temps d’aller danser un peu, de rendrfe visite à Rosalie et Hugo. De chez Rosalie et Hugo, au petit déjeuner, je vois une échelle de corde qui descend du haut d’un immeuble de 18 étages. Intrigué, je jette un coup d’oeil